ESPECES INVASIVES

L'Ecureuil à Ventre Rouge

Ces rongeurs importés par erreur d'Asie du Sud-Est sont bien connus des Antibois. En essayant de les éloigner de leur jardin, des personnes les ont relâchées dans le Parc Départemental. Malheureusement, ceci sur l'expansion de cette espèce maintenant invasive qui a passé la barrière de l'autoroute. Un plan National de Lutte est en cours, coordonné par le Muséum d'Histoire Naturel de Nice, et des panneaux explicatifs destinés à informer le grand public ont été réalisés, afin que la présence du rongeur soit signalée. A l'occasion de la manifestation « Courir pour le Téléthon » pour laquelle la mairie de Valbonne met à disposition le stade des Bouillides à la limite du Parc , notre association a pu, grace à l'aimable prêt par le Muséum de Nice de ces panneaux, sensibiliser directement un grand nombre de joggers réguliers qui parcourent les chemins de cette zone du Parc!! Nous avons également recueilli de nombreuses signatures afin de montrer notre attention à enrayer cette expansion avant qu'elle ne devienne problématique. Dans une large forêt comme la Valmasque, ce rongeur prolifique qui repousse l'écureuil roux mais représente surtout un danger pour les nichées(merles..) deviendrait en effet nuisible également pour certaines essences du Parc car durant l'hiver, il doit en grande partie se résoudre à écorcer les arbres pour se nourrir . Notre association sera présente au groupe de travail restreint qui se déroule annuellement à Antibes, nous espérons que les signatures recueillies permettront d'appuyer les demandes de renforcement de lutte contre cette espèce nuisible, le Muséum d'Histoire Naturelle coordonne cette action et nous a aimablement prêté ses panneaux d'information autoportants. Si vous observez cet animal, déclarez-le en mairie ou sur un site associatif , notre site proposera bientôt ce service pour notre territoire de façon précise , vous pouvez actuellement le faire sur le site faune-paca.org. ou directement sur notre forum, essayez de localiser le lieu.Votre déclaration sera aussitôt apparente sur la maille E102N628 et du coup déjà validée, car pour contribuer au plan National de Lutte, il faudra pouvoir renseigner une zone très fine sur un maillage précis. Apprenez à le reconnaitre sur le dépliant d'information édité par la CASA dans notre rubrique Espèces Invasives.

8 janvier: Ouf, Soutenus par leur pétition citoyenne largement signée en décembre , Les Amis de la Faune , peuvent interpeller le groupe de Travail Restreint Annuel pour "un renforcement des moyens de lutte contre l’écureuil à ventre rouge dans le Parc de la Valmasque ". Le Muséum considère que l'attention locale sera prise en compte rapidement, en effet l'époque de reproduction n'est pas loin... des moyens avant le printemps sont indispensables.
On y apprend qu'un nouveau foyer est signalé à Istres: Le Muséum promet une réponse très rapide.

Le frelon asiatique, où en est-on?

Nigrithorax est bien devenu un ennemi public, classé en 2012 «espèce exotique, envahissante et nuisible à l'apiculture», justifiant une dérogation fin 2013 pour l'usage du controversé dioxyde de soufre. Le frelon a colonisé plus de 60% du territoire, a été signalé en Espagne, au Portugal, en Italie... Sa population avance soit par «bourgeonnement» classique, avec un front progressant de 60-70 km par an, soit par «sauts de puce», aidé fortuitement par l'homme. Pour la communauté scientifique, le frelon asiatique est en «phase d'explosion», au détriment d'espèces autochtones, ce par quoi passe toute «espèce invasive quand elle trouve un environnement adéquat», résume Eric Darrouzet, biologiste à l'Institut de Recherche sur la Biologie de l'Insecte (IRBI) de Tours (Indre-et-Loire). «Il est bien implanté, il est en train d'entraîner des problèmes», et pas seulement pour l'abeille domestique, dont il est friand (jusqu'à 50-60% de son menu), ajoute le scientifique. Prédateur, le frelon est adaptable, se nourrit de toutes sortes d'insectes, guêpes, diptères, coléoptères, qui sont des pollinisateurs sauvages, «donc il peut survivre quasiment partout», relève Franck Muller, chargé de recherches «frelon» au Museum d'Histoire naturelle. «On a énormément parlé de l'impact du frelon sur l'abeille et oublié un peu de s'intéresser à son impact sur la biodiversité.» Un certain alarmisme a provoqué «quelque chose dans l'inconscient collectif qui n'a pas été très bon, amenant à des décisions absurdes» comme le piégeage généralisé de printemps (avec décoctions sucrées dans une bouteille), pas forcément efficace sur les reines et surtout meurtrier pour d'autres spécimens «non ciblés», dans un rapport de 1 à 100 voire 1.000, poursuit le chercheur. Espèce invasive introduite par l'homme, Nigrithorax est non seulement susceptible de décourager des apiculteurs amateurs, les professionnels étant bien moins affectés, mais surtout de perturber l'écosystème. Des recherches en labo et dans les ruchers sont en cours: l'IRBI(Laboratoire du Pr Darrouzet) travaille sur un parasitoïde découvert en 2013 qui a été grandement repris dans la presse. Issu d'une petite mouche, Conops Vesicularis, pond des oeufs sur l'abdomen des reines de frelons, puis la larve dévore à l'éclosion son hôte de l'intérieur, «à la façon du film +Alien+», explique Eric Darrouzet, qui a publié sur le sujet dans la revue Apidologie. La Vesicularis, futur «soldat» au service d'une lutte contre le frelon asiatique? «J'en doute, si c'est pour libérer dans la nature un parasite qui tuerait les autres aussi. J'ai davantage confiance dans les progrès du piégeage», estime Eric Darrouzet, qui teste à l'IRBI un modèle inédit de piège 100% sélectif pour les frelons asiatiques uniquement, qui pourrait être prêt pour 2015.